Intégrer le space-learning dans son bullet-journal

 

Space-learning-bullet-journal

La mémoire à court terme est un véritable fléau pour les étudiants qui se battent contre elle chaque année, notamment lorsqu’il s’agit de réviser les premiers cours de septembre. Je suis certaine que tu fais aussi partie des étudiants qui révisent à la dernière minute et qui, à peine sortis de l’examen, ont déjà oublié leur leçon. Un exemple flagrant est la liste de vocabulaire à apprendre, et dont on a oublié la moitié quelques jours plus tard. Mais comment passer de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme ?

 

C’est quoi, le space-learning ?

Définition

Comme on le sait, notre cerveau oublie progressivement les informations au fur et à mesure que le temps passe. Diverses études ont été menées (par le scientifique Piotr Wozniak) et ont démontré que revoir ces informations à des moments précis permet de les retenir plus longtemps. Une méthode de relecture du cours à des intervalles définis a vu le jour : il s’agit du space-learning.

Comment ça marche

La méthode du space-learning consiste à relire son cours à des moments très précis à partir de la date de premier apprentissage. A chaque relecture, l’information est réanimée dans le cerveau, ce qui lui permettra d’être accessible plus longtemps dans notre mémoire. Mais un schéma vaut mieux que mille mots :

Schéma space-learning
Source : blog.letudiant.fr

Dans le cadre d’une année scolaire, la méthode officielle préconise 4 rappels précis : 3 jours, 10 jours, 30 jours, 60 jours.

Néanmoins, il existe une variante qui retient les intervalles suivants : 1 jour, 1 semaine, 1 mois, 1 semestre. (Source : professeur Eric Gaspar)

 

L’intégration dans mon bullet-journal

Mon adaptation

Pour cette année scolaire, j’ai décidé d’intégrer à mon bullet-journal un suivi de mes fiches de cours. J’applique le space-learning pour deux matières : le droit social et le management, qui nécessitent énormément de connaissances et de « par cœur ». Je ne l’utilise pas pour le contrôle de gestion qui est une matière de compréhension et de pratique.

Ne sachant pas quels intervalles appliquer entre les deux méthodes, j’ai décidé de les mixer : 1 jour, 1 semaine, 1 mois, 2 mois, à partir de la date à laquelle j’ai fait ma fiche.

Ces intervalles me conviennent parfaitement car elles me permettent de toujours faire mes fiches un samedi, et de toujours les réviser un dimanche.

Présentation

J’ai présenté ce suivi de fiches sous forme de cases à colorier selon leur état d’avancement (voir légende).

Suivi de fiches
Légende et simple suivi de fiches

Pour le space-learning, je procède ainsi :

• A gauche (en colonne) : numérotation des chapitres,

• Par chapitre (en ligne) : cours pris, cours au propre, date fiche faite (rouge), dates révision fiche (jaune).

Suivi space-learning
Suivi space-learning (en jaune)

Les rappels de révision

Avoir un bon suivi c’est bien beau… mais comment savoir quelle fiche est à réviser quel jour ? Lorsque je viens de faire une fiche, j’écris les dates auxquelles je devrai la réviser dans les cases de droite de mon tableau. Pour savoir quand j’ai une fiche à relire, j’ai réfléchi à 2 solutions :

• Celle que j’applique : j’utilise un agenda pour mes devoirs, je l’utilise donc aussi pour noter la fiche à relire à la bonne date. L’inconvénient est de ne pas tout avoir dans mon bullet,

• Celle qui me fait hésiter : mettre une croix dans mon Calendex à chaque jour où je dois relire une fiche. Mais il deviendrait vite surchargé (parfois plusieurs fiches à réviser dans la même journée) et trop imprécis : je serais obligée de regarder 1 à 1 chaque case de mon tableau.

 

Mon bilan

Bien que je n’utilise cette méthode que depuis 2 mois, j’ai déjà pu constater des aspects bénéfiques : la répartition du travail me libère du temps, moins de pression et de stress les jours précédant un contrôle, révisions moins intenses (à l’avenir). J’arrive à mes examens plus détendue, et cela en est stressant (quel comble !) car je ne suis pas encore habituée.

De plus, créer ce suivi m’incite et me motive à faire mes fiches régulièrement, dès qu’un chapitre est terminé, plutôt que d’attendre le dernier moment.

Le seul point négatif de cette méthode, c’est qu’elle doit être appliquée dès le jour de la rentrée. Passé quelques semaines de cours, il est déjà trop tard pour rattraper toutes les leçons : passer son temps dans ses cahiers reste contre-productif.

 

Connaissais-tu la méthode du space-learning ? Cet article t’a-t-il éclairé(e) sur comment intégrer un suivi dans ton bullet ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *